caritasausahel

caritasausahel

EA 38/2012 : Des vivres pour redonner espoir

DSC_0924.JPG

Il est 10h lorsque notre équipe arrive à Dar Salam, quartier dans lequel se tient la distribution alimentaire du programme EA 38.

L’équipe chargée de la distribution de Caritas Mali nous accueille chaleureusement. Le soleil est déjà haut, les personnes bénéficiaires attendent à l’ombre  le commencement du processus. Parmi elles, Oumou Diarra, arrivée de Kidal après la prise de la ville avec son mari et ses six enfants âgés de 6 à 16 ans. A Kidal, elle tenait avec son époux un restaurant. Aujourd’hui, elle ne parvient pas à trouver d’activité génératrice de revenus à Bamako. Elle s’est vue remettre 3 sacs de 50 kg de riz, 33 kg de haricots, un bidon d’huile, ce qui lui permet de tenir pendant deux mois.  A côté d’elle, Ouseinou Maïga a fui la région de Gao à cause de la guerre avec sa femme qui souffre d’invalidité et ses deux enfants. Ouseinou, cultivateur à Gao est ici journalier : il tente de trouver des petits boulots au jour le jour pour subvenir à ses besoins. Il a reçu aujourd’hui un sac de 70 kg de riz, des haricots et de l’huile. Bien qu’il ne puisse pas voter dimanche, n’ayant pas reçu sa carte NINA, il a bon espoir que la situation de sa région d’origine se normalise après l’élection d’un nouveau président.

Une réponse d’urgence efficace

Le programme, supervisé  à Bamako par Jacques, salarié de Caritas Mali, a débuté en mai dernier et concerne sur Bamako 382 bénéficiaires. Les distributions ont lieu une fois par mois. Cette activité de distribution vient répondre à une des recommandations de la dernière rencontre du Comité de Pilotage de l’EA 38 tenue à Bamako du 24 au 26 juin dernier. Le programme EA 38 qui a débuté depuis janvier 2013 par le renforcement de capacités des Caritas du Sahel (Burkina, Niger, Sénégal et Mali), vise à apporter une réponse d’urgence efficace et coordonnée aux populations affectées directement ou indirectement par le conflit au Mali. Il se décline en trois volets : l’aide humanitaire à destination des personnes déplacées internes (PDI), des réfugiés et des communautés riveraines des camps, le renforcement des compétences techniques et des capacités opérationnelles des Caritas de la bande sahélienne, et l’amélioration de la coordination dans la gestion de la crise. L’approche originale et concertée de 4 Caritas sahéliennes (Mali, Burkina, Niger et Sénégal) permet d’apporter une réponse pertinente à de nombreuses familles en détresse. Prions pour que le mot « espoir », présent sur toutes les lèvres à l’évocation de l’élection à venir,  trouve une résonnance concrète et pratique pour toutes les personnes bénéficiaires du programme mais également pour tout le peuple malien.

Alice LE MOAL

Secours Catholique

 



26/07/2013 0 Poster un commentaire